Article paru dans Psychologie Magazine

« Les bras m’en tombent. » « J’ai les jambes en coton. » Ces expressions populaires attestent du rapport étroit entre nos muscles et nos émotions. Reposant sur ce principe, la kinésiologie, technique psycho-corporelle, va détecter nos déséquilibres énergétiques, émotionnels ou physiques pour lever les blocages qui nous dominent. Elle s’appuie sur un test manuel de réponse musculaire pour connaître notre fonctionnement et éveiller notre potentiel.

Le test de la kinésiologie est différent des tests mécaniques utilisés par les kinésithérapeutes. Il consiste à établir un dialogue avec le corps en lui posant directement un certain nombre de questions. Le sujet tend un membre, habituellement le bras, sur lequel le praticien effectue une légère pression. En situation normale, le bras résiste, il est « verrouillé ». En cas de stress, il y a modification de la réponse du système musculaire qui se traduit par une absence de verrouillage, le bras tombe sous la pression. Les applications de ce test ont donné naissance à de nombreuses techniques dont voici les trois plus connues.

  • La santé par le toucher, créée par George Goodheart, permet de tester et d’équilibrer les muscles et l’ensemble des méridiens du corps pour apporter un mieux-être physique général.
  • La kinésiologie éducative, mise au point par Paul Dennison, se concentre sur l’amélioration de l’apprentissage. Elle a pour objectif de stimuler, libérer et décontracter pour permettre à l’adulte ou à l’enfant d’accéder à tout son potentiel. Cette technique est souvent utilisée en complément des méthodes éducatives (suivi scolaire, orthophonie, etc.).
  • Les concepts « trois en un », élaborés entre autres par Gordon Stokes, utilisent le test musculaire dans le domaine du développement personnel, de la libération du stress, du mieux être émotionnel et de la confiance en soi. On ne teste alors plus seulement les muscles ou les circuits d’énergie, mais aussi les émotions et les sensations.

Les origines

Les premiers tests musculaires, créés par des neurologues, étaient utilisés pour faire le bilan des paralysies et autres problèmes moteurs. Ils consistaient déjà à appuyer sur certains membres du corps pour en évaluer la force de contraction. En 1964, George Goodheart, chiropracteur américain, découvre une nouvelle manière de tester les muscles. Il a en effet déterminé que certains d’entre eux sont reliés aux méridiens d’acupuncture (canaux assurant la circulation de l’énergie dans le corps), et que le tonus musculaire reflète l’état de fonctionnement de notre organisme dans sa totalité.

Au fil des ans, Goodheart a mis au point de nombreuses techniques de corrections dans les domaines des muscles et des ligaments, de la nutrition, de la gestion des émotions, et des systèmes énergétiques.

Lire la suite dans Psychologie Magazine…

Suivant
Share

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *